Comment prévenir les feux de cheminée?

Il existe plusieurs facteurs pouvant provoquer un feu de cheminée. Un nid d’oiseau dans conduit de votre cheminée ou un mauvais entretien peuvent en être la raison. Vous pouvez les éviter par de simples gestes.

Avantages et inconvénients des différents types de cheminées

1. La cheminée à foyer ouvert :

C’est la plus authentique, la cheminée à foyer ouvert procure un plaisir inégalé. Elle s’intègre aussi bien dans un cadre rustique que dans un décor des plus design, puisque les matériaux et les lignes s’adaptent aux goûts classiques ou modernes. Intégrée à un mur ou au centre d’une pièce, son principe est de laisser le foyer développer ses flammes et son odeur sans barrière.

Le plus grand inconvénient tient à la sécurité. Les risques de projections sont réels et, même si un pare-feu peut y pallier, il reste la proximité d’une chaleur intense dont il faut protéger les enfants.

Par ailleurs, il est inutile d’en attendre un appoint réel de chauffage. On considère qu’environ 90 % de la chaleur produite par un foyer ouvert est perdu par son évacuation.

Enfin, c’est la cheminée qui consomme le plus de bois et réclame le plus de vigilance et de manipulations pour préserver le brasier. Son entretien régulier et un ramonage annuel, exigé par les assurances, représentent également des contraintes.

2. La cheminée à foyer fermé :

Le plaisir visuel est moins intense et les effluves de bois limitées avec une cheminée à foyer fermé. Une vitre placée devant le foyer offre une sécurité appréciable. L’autonomie du feu est 4 à 5 fois supérieure à celle du foyer ouvert et, surtout, le rendement calorifère est beaucoup plus important. Avec l’installation d’un système de récupération de chaleur par des gaines, l’apport de chaleur est sensible mais maintient la cheminée comme source de chauffage d’appoint uniquement.

Un des désavantages est l’entretien, en particulier de la vitre qui s’encrasse rapidement, bien qu’il existe des vitres claires qui restent transparentes. Ce type de cheminée semble s’adapter en priorité aux cadres modernes et la vitre, dont la taille peut prendre divers aspects, se plie aux designs contemporains.

3. L’insert :

Dans la catégorie des cheminées à rendement effectif, l’insert s’apparente à un foyer fermé, un bloc de fonte placé dans la cheminée venant, en surplus, jouer le rôle de chambre de combustion.

Plus petites que les cheminées traditionnelles, les foyers à insert conviennent bien aux petites maisons. Ils peuvent apporter un complément de chauffage, sont sécurisés (le système d’insert ne fonctionne pas si la porte est ouverte) mais réclament aussi un entretien régulier.

Les cheminées à foyer fermé ou inserts donnent droit à des crédits d’impôt.

4. La cheminée à éthanol :

Présentée comme la plus écolo, elle représente la dernière tendance. Elle consomme un carburant bio (alcool issu de la fermentation de sucres végétaux), qui ne produit ni fumées ni poussières.

Sans nécessité de conduit, elle s’installe sans travaux et peut convenir à tous les types d’habitat et même être placée dans plusieurs pièces. Toutefois, sans pouvoir chauffant, elle se limite à une création d’ambiance, revient chère à l’achat et à la consommation, l’éthanol coutant plus que le pétrole. Elle réclame aussi quelques précautions de manipulation et de surveillance. Basée sur la combustion d’un liquide inflammable, l’utilisation de ces cheminées exige une grande prudence et le choix d’un emplacement sans danger et stable.

Les cheminées à bois ont pour inconvénient majeur d’exiger un combustible volumineux et pas toujours disponible à proximité. On ne s’imagine guère en volontaire de corvée de bois et il faut commander, régulièrement et en quantité suffisante, de quoi alimenter sa cheminée. Il convient de prévoir un espace où ranger les bûches, à l’abri de l’humidité et de préférence pas trop éloigné du foyer pour limiter les allées et venues de ravitaillement. Le plaisir procuré et l’atmosphère créée par une cheminée semblent pourtant devoir surmonter tous ses inconvénients.

Quelles sont les causes les plus fréquentes des feux de cheminée ?

– Faiblesses de la pierre

– Erreurs lors de l’installation

– Mauvaises connexions des conduits de fumée

– Dépôt de suie ou de goudron sur les pierres ou l’acier

– La combustion de bois contaminé ou humide

Que dois-je faire lors d’un feu de cheminée ?

Utilisez du sel. Autrefois, le sel était utilisé pour éteindre un feu dans la cheminée. En saupoudrant une grande quantité de sel sur le feu, vous vous assurez que le feu suffoquera et sera éteint rapidement.

Il est conseillé de ne pas éteindre avec de l’eau. La dilatation de l’eau pendant le chauffage peut causer de graves dommages à la cheminée. En plus d’essayer d’éteindre le feu de la manière décrite ci-dessus, il est toujours nécessaire d’appeler les pompiers en premier. Les pompiers examinent la situation et ramonent souvent la cheminée avec une grosse brosse et une balle (pendant l’incendie).

De cette façon, ils essaient d’éteindre le feu. Éteindre le poêle à l’oxygène est également un moyen d’arrêter le feu.

Les risques d’une mauvaise cheminée ?

En plus d’un feu de cheminée, il est également possible que du monoxyde de carbone pénètre dans votre espace de vie par les fissures des pierres. C’est presque plus dangereux qu’un feu de cheminée ! Vous ne voyez ni ne sentez le monoxyde de carbone. Notre conseil est donc d’acheter un bon détecteur de monoxyde de carbone et de rénover votre cheminée pour que ces situations ne se produisent pas.

Si le chauffage au bois peut être nocif pour la santé, c’est avant tout à cause du risque auquel il expose les résidents : la possibilité d’une intoxication au monoxyde de carbone causée par un système de chauffage mal réglé.

Lorsque votre appareil de chauffage au bois ne dispose plus d’un conduit d’évacuation en état, la combustion ne se fait plus correctement. Le monoxyde de carbone est un gaz à la fois incolore et inodore, d’où son danger extrême. De par ses caractéristiques, il se révèle donc très difficilement détectable. A ce titre, il est la cause de nombreux décès et hospitalisations tous les ans. Il s’agit en effet d’un gaz nocif létal pour une personne le respirant pendant une heure. Lorsqu’il est présent dans l’air et inspiré par une personne, il vient prendre la position de l’oxygène au niveau des globules rouges.

Ainsi les symptômes témoignant de la présence de monoxyde de carbone dans l’air et impliquant une intoxication en cours sont des nausées, des étourdissements et des vertiges inexpliqués. Vous pourrez également ressentir des maux de tête. Ces premiers signes sont généralement suivis d’un malaise. Il n’est pas forcément simple de s’en rendre compte par soi-même, mais lorsque plusieurs personnes souffrent des mêmes symptômes dans un même logement, il est fort probable que le monoxyde de carbone y soit pour quelque chose.
Les premiers gestes à avoir sont alors d’ouvrir toutes les fenêtres et de sortir de la pièce, voire du logement. Les hospitalisations pour intoxication au monoxyde de carbone sont nombreuses chaque année. Il vaut mieux contacter les services d’urgence en cas de doute et contacter un professionnel pour la vérification de votre cheminée ou de votre appareil à combustion.

Si le charme d’une cheminée est certain, il faut s’assurer de ne pas trop être exposé aux fumées du bois dégagées. Les capacités respiratoires des personnes fragiles pourraient en effet décliner encore davantage. En effet, une trop forte exposition à la fumée de bois de chauffage peut endommager les cellules présentes à l’intérieur des poumons et ainsi augmenter les problèmes d’asthme, d’allergie au pollen, de rhinite allergique,…

Comment éviter un feu de cheminée ?

80% des feux de cheminée provoquent des dégâts importants. La chaleur fait que le feu saute et brûle toute la construction de la hotte ou toute la maison. Dans 20 % des cas, les pompiers sont là assez rapidement ou les gens parviennent à éteindre le feu eux-mêmes.

En ramonant régulièrement la cheminée, vous vous assurez que le dépôt de suie sur les pierres ou l’acier est minimal. Vous pouvez le faire faire par un ramoneur ou régulièrement en achetant vous-même un set de ramoneurs. Si vous faites ramoner votre cheminée par un ramoneur, il est préférable de faire inspecter le conduit immédiatement. Le ramoneur peut alors évaluer l’état du conduit de cheminée et déterminer s’il est toujours judicieux de l’allumer. Dans certains cas, il est préférable de rénover votre conduit existant avec un conduit flexible à double paroi en acier inoxydable

Il est également important de faire un feu responsable et de ne pas utiliser de bois humide ou contaminé. Cela donne beaucoup de fumée et de formation de suie. En fin de compte, un bon conduit de fumée est le meilleur moyen de prévenir un feu de cheminée. Avec un conduit de cheminée isolé à double paroi, le risque de feu de cheminée est minime. Contrairement à une cheminée en pierre, un conduit de cheminée à double paroi en acier inoxydable est lisse à l’intérieur, ce qui empêche la suie de coller.

1. Faites appel à un ramoneur professionnel

Il faut absolument procéder à un entretien régulier de votre cheminée. Il est par ailleurs conseillé de le faire tout juste avant la période la plus froide de l’année. En cas de chauffage intensif, mieux vaut faire ramoner votre cheminée plusieurs fois par an.

Certaines compagnies d’assurances imposent même un ramonage annuel lorsque l’on souscrit une assurance incendie. Vérifiez ce point et demandez si nécessaire une attestation à votre ramoneur.

2. Préchauffez votre cheminée

Si votre cheminée est froide, de la suie se dépose sur ses parois et celle-ci peut prendre feu. C’est pourquoi il est important de préchauffer votre cheminée en plaçant quelques blocs allume-feu sur plusieurs morceaux de petit bois. Le feu prendra ainsi lentement.

3. Utilisez le combustible adéquat

N’utilisez que du bois naturel, sec et non traité. N’utilisez pas dans votre foyer du matériau non adapté. Il en va de même pour le combustible : une cheminée n’est pas un endroit destiné à éliminer des déchets. Une fumée blanche ou incolore indique une combustion normale.

4. Posez un abat-vent

Un abat-vent protège le canal d’extraction des fumées contre les nids et les feuilles. Cet élément est tout aussi important si vous possédez un foyer au gaz. Les feux de cheminée sont plus rares dans ce cas, car le canal d’extraction des fumées est plus propre. Mais cela ne signifie pas qu’aucun objet extérieur ne risque d’entrer dans ce canal.

5. Aérez la pièce

Votre cheminée aspire de l’air. Il est par conséquent important que la pièce dans laquelle se trouve cette cheminée contienne suffisamment d’air frais. Veillez donc à prévoir un système de ventilation parfaitement fonctionnel.

Si votre cheminée fait un bruit bizarre, appelez immédiatement les pompiers. Pour d’autres conseils et de plus amples informations concernant les feux de cheminée.

Pour éviter tout risque d’incendie ou toute intoxication au monoxyde de carbone, prendre de bonnes habitudes est un véritable remède. Ainsi, il est par exemple préconisé de toujours brûler du bois sec. Si votre combustible a pris l’humidité sous un abri ou a été exposé à la pluie, s’ensuivra une mauvaise combustion. Pour les mêmes raisons, que vous utilisiez une cheminée ou un poêle à bois comme solution de chauffage, il est peu recommandé d’y déposer: du bois humide, tout type de déchets, du papier,…

Pour éviter les risques d’humidité, il est préférable d’utiliser les granulés de bois ou des bûches de bois compressé comme combustible. En effet, ces différents éléments entraînent l’accélération de l’obturation des conduits d’évacuation des fumées. C’est ce phénomène qui déclenche une éventuelle intoxication au monoxyde de carbone dans un logement, puisqu’ils ne sont plus que très difficilement extraits de ce dernier. Un conduit bouché aggrave également les risques de déclenchement d’un incendie dont le point de démarrage serait alors la cheminée.